: Feb 08, 2015

Il avait tout pour réussir. Ayant passé ses examens mandarinaux avec succès, il…

4,606 VIEWS
Featured, General : 0 Comments

Il avait tout pour réussir. Ayant passé ses examens mandarinaux avec succès, il était prêt à emprunter les voies de la reconnaissance spirituelle et politique. Pourtant le philosophe chinois Wang Yangming (XVeXVIe siècle) décida de rester digne et de défendre jusqu’au bout ses principes. En 1506, il prit la défense d’un fonctionnaire en s’opposant à un eunuque qui avait injustement fait jeter en prison un policier alors que ce dernier enquêtait sur la corruption au plus haut niveau de l’administration. Wang Yangming dut alors vivre l’exil, quitter sa position et ses potentiels privilèges pour avoir voulu rester fidèle à sa morale : il vivra encore d’autres situations similaires et fera systématiquement le choix de l’éthique plutôt que celui de la politique ou de la compromission. Wang Yangming vécut une illumination qui l’éloigna des principes classiques du confucianisme officiel et il ne cessa de chercher à rester cohérent avec lui-même, ses valeurs et ses objectifs. Dans son étude sur les conditions de la sainteté, il cherche la voie qui permet à l’homme d’accéder au principe de toute chose et de sympathiser avec l’essence de l’univers : il affirme que la clé de l’initiation se situe dans l’esprit auquel il faut revenir, dont il faut retrouver la pureté originelle afin de dépasser les illusions de l’ego et des désirs. Alors l’homme peut découvrir l’essence de la morale et se réconcilier avec la connaissance innée qu’il a du bien et du mal. Derrière le voile des manifestations trompeuses, l’être humain découvre le fondement moral de toute chose qui repose en lui et qu’il n’a point besoin de chercher ailleurs qu’en lui. (L'autre en nous)

Comments

comments

Add a Comment